06/02/2008

Un seul être vous manque...

Ayant été faire un tour du côté de Bar-le-duc, je voulais, malgré la grisaille, vous causer de ces fiers édifices bravant Eole qui jalonnent la route... mais, si les photos sont dans la boîte, le coeur n'y est plus!

Isa a trouvé en rentrant le petit corps si blanc, lavé par la pluie, de notre si doux lapin Titi... Une fouine, un renard, ou quelque autre petit carnassier errant l'a surpris à l'abri des murs de notre jardin et l'a égorgé... Sans doute fut-il pris par surprise, lui qui courrait... comme un lapin!

Si seulement nous croyions au paradis des lapins, plaine herbeuse vallonnée, entrecoupée de parcelles plantées de carottes... mais notre athéisme ne s'arrête pas à la gent humaine... Pfuittt... C'en est fini de Titi! Le misérable intrus nous a pris notre innocent compagnon. Depuis presque huit mois maintenant, il partageait notre quotidien, apportant chaque jour un peu de bonheur, qu'espérons-nous, nous avons sû lui rendre!

Enfin... si sa vie fût brève, ce fut une vraie vie de lapin. Enfermé dans 150 cm2, il serait peut-être encore là... Mais est-ce seulement un traitement tolérable? D'autant que Titi avait goûté la dangereuse liberté avant de nous connaître!

N'empêche... c'est dur de le savoir maintenant, gisant dans son eternel terrier, au pied d'un cerisier qui bientôt refleurira. Titi, lui, ne connaîtra pas ce printemps qui déjà s'annonce...

 Gentil Titi

Cette photo, pas très bonne, est la dernière que nous avons de lui, prise à Nöel dernier, lorsqu'il déballait son cadeau avec Lorraine! Et dire que je voulais encore en faire, justement ce jour dernier où j'ai rangé mon bois. Il n'a pas arrêté de me tourner autour, se frottant dans mes jambes... mais lorsque j'ai sorti l'appareil, il s'était malicieusement tapi derrière un muret et nous avons joué à cache-cache... Dès qu'il pointait le bout de son nez frétillant, je tentais de le photographier mais il fut toujours plus rapide que moi... Alors j'ai remis le portrait à plus tard...

Je garderai avec émotion ce souvenir au plus profond de mon coeur. La vie est ainsi faite que pour connaître et apprécier son bonheur, il semble nécessaire de subir et surmonter ses peines...

00:48 Écrit par Isa & Ben dans La valeur du bonheur | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |