11/10/2008

Fricassée de coprins!

Au détour d'un petit chemin, alors que nous revenions, à pied, d'acheter des pommes aux vergers d'Arifontaine, nous avons découvert une superbe poussée de coprins chevelus... L'appétit aussitôt aiguisé, nous avons cueilli sur-le-champ (c'est le cas de le dire) les spécimen les plus frais! Car, bien sûr, le coprin vieillissant perd de son charme... Déliquescent, il noircit et se liquéfie en quelques jours, commençant par la base du chapeau... Mais, frais, le coprin, c'est rudement bon!!!

Coprins chevelus

Une petite recette?

Pour une bonne fricassée de coprins pour 3 personnes, nettoyer et laver rapidement environ 1 kg de coprins frais, puis les laisser égoutter. Faire dorer 3 belles échalottes dans un fond d'huile d'olive, ajouter un bouquet de persil haché, puis les champignons coupés en gros morceaux. Laisser cuire à feu moyen jusqu'à évaporation de l'eau des champignons. Ajouter 2 gousses d'ail écrasées et une cuillerée à soupe de maïzena ou de fécule de pomme de terre délayée dans un verre de vin blanc sec. Saler, poivrer, laisser mijoter encore quelques minutes. Juste avant de servir, verser 10 cl de crème fraîche et retirer du feu au premier bouillon...

Voilà de quoi garnir délicieusement un steack poêlé!

18:44 Écrit par Isa & Ben dans Au jour le jour | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

09/10/2008

Andrei nous a rendu visite!

Mardi, un nouveau voyageur a fait halte dans notre maison! Andrei, quittant son poste de professeur de mathématiques en Floride pour passer 2 ans à découvrir l'Europe, nous a fait le plaisir de s'arrêter chez nous... Non seulement nous nous sommes promenés à Verdun, nous avons profité de la douceur de vivre des côtes de Meuse, mais aussi, nous avons exploré ensemble le Fort de Tavannes...

Le fort de Tavannes, un fort peu connu de la ceinture de Verdun, dans un état de conservation qui vaut encore le détour malgré une histoire riche... et le tournage d'un film, en 1927, aux effets... dévastateurs!!! Une histoire que ce site racontera bien mieux que moi:

http://www.fortiff.be/iff/index.php?p=1482

Si vous êtes germanophone ou si vous souhaitez connaître la cartographie du site, voici aussi une adresse qui vous intéressera vivement:

http://www.tavannes.de/

Entrée interdite

Juste un petit détail à ne pas oublier...

Remarquez la belle corniche en arrière plan

Néanmoins, le site vaut le détour... Une richesse architecturale insoupçonnée. Remarquez-vous la corniche du bâtiment en arrière-plan?

Nous ne sommes pas rentrés par ici

Evidemment, nous ne sommes pas rentrés par ici... Mais tout de même, quelle belle porte! La qualité de ce bois est incroyable: depuis plus de 90 ans, semi enterrée, dans une humidité constante, la porte est toujours impeccable!

D'autres issues existent

D'autres issues existent, nous avons réussi à entrer, sans creuser, ni abîmer quoi que ce soit...

Bonne nuit

Il y a encore les lits dans les chambrées... Mais... d'où sortent donc ces monceaux de cailloux qui remplissent les chambres alors que les voûtes sont intactes? Ce que nous voyons là dépasser est le deuxième étage de lits superposés! Mystère...

L'entrée du réseau 17

L'entrée du réseau 17... En 1916/1917, les poilus s'enterrent encore plus profond, creusant des galeries à l'épreuve des obus les plus impressionnants, tandis que les forts deviennent de plus en plus vulnérables au fil de l'évolution technique de l'armement. Mais ces incroyables réseaux souterrains, ces kilomètres de galeries, ne sont etayés que de simples madriers en bois...

L e bois a vieilli

Le bois vieillissant, c'est dans cet enchevètrement que nous nous sommes aventurés durant d'oppressantes heures! Imaginez les soldats de l'époque parcourant ces galeries, y vivant parfois, puisqu'on y trouve des casernements enterrés! L'air y était filtré, ventilé et maintenu en légère surpression avec des batteries de ventilateurs manuels, actionnés en permanence, dont les carcasses rouillées nous attendent au détour d'une galerie.

Le passage retrécit

Ici le passage retrécit, et pourtant, de l'autre côté, le couloir se poursuit! Semble t'il, les sapeurs ont creusé de chaque côté et se sont retrouvés miraculeusement face à face... Au bout du chemin? Le blockhaus Pamart unique qui flanque le fort, très à l'extérieur, juste au pied de l'actuelle antenne GSM.

L'entrée du blockhaus

Par contre... euh... pour accéder au blockhaus proprement dit, il faut remonter... Il y a bien un escalier en colimaçon, mais il manque environ 20 mètres, judicieusement remplacés par un dispositif métallique que vous voyez sur la gauche... Même si je n'étais pas sujet au vertige, je n'auraist pas essayé de grimper;)))

Andrei

Andrei n'a pas plus été tenté... Nous avons donc rebroussé chemin, non sans faire d'autres nombreuses (re)découvertes. Quel dommage que de tels lieux soient ainsi délaissés, livrés parfois à d'autres visiteurs bien moins respectueux de l'Histoire et du patrimoine collectif...

23:55 Écrit par Isa & Ben dans Au jour le jour | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

05/10/2008

Découvrons Jordi!!!

Après une journée d'intense tamisage de terre pour remplir un bac à plantes au jardin, voici mon esprit de retour en Espagne... Quittant, à regret la Finca San Miquel et nos hôtes si bienveillants, nous nous sommes rendus à Balaguer, en Catalogne, au nord de Llerida sur la route d'Andorre, au pied de pré-pyrénées.

Mais sur le chemin, nous n'avons pas résisté à faire une dernière trempette dans la méditerranée avant de déguster une succulente paëlla qui s'avéra finalement la dernière de ces vacances...

Notre dernière plage

Une petite crique sympathique, du côté de Vinaros!

A l'ombre en terrasse

Directement sur la plage, un petit restaurant, où nous avons déjeuné avec plaisir avant de reprendre la route qui nous mena à notre hôte suivant, Jordi Pedros, instituteur-agriculteur à Balaguer.

CouchSurfeur esperantiste, Jordi est membre d'un nombre incalculable de réseaux d'hospitalité... car il en existe des dizaines! Son appartement est donc un point de rencontre incontournable en Catalogne, malgré sa situation géographique éloignée des pôles d'attraction que sont Barcelone et la Méditerranée. Dès notre arrivée, il nous a présenté Jane, voyageuse chinoise de Shanghai, avec qui nous sommes allés faire du canoë-kayak, histoire de nous dégourdir un peu!

Premiers pas sur le lac

Remarquez mon assurance à rejoindre Jordi sur cette embarquation frèle et instable! Enfin... je suis à bord, grâce à la patience de notre ami (et à son insubmersibilité?).

En route

Après la mer... nous voici donc sur un lac! Lorraine, Isa et Jane ont aussi eu droit à leur baptème de kayak et de manipulation synchronisée de la pagaie à deux pales.

Synchronisme presque parfait

Comme vous le constatez... Rien de plus facile, pour progresser efficacement, il suffit de pagayer de façon coordonnée, tous deux ensemble, alternativement, à gauche et à droite... Sinon? C'est la pagaille!

Et hop avec Jane

Le fin du fin... quand, enfin, vous arrivez à pagayer ensemble, vous changez de partenaire! Me voici donc avec Jane, et c'est reparti!!!

Avec Lorraine

C'est avec Lorraine, finalement, que je suis resté le plus longtemps! Nous y avons pris goût et nous avons réussi à faire un très grand tour du lac, contournant des ilots de roseaux, tandis que nos compagnons, nous regardant de très loin sur la berge, croyaient que nous étions coincés dans la végétation sur ce qu'ils pensaient être l'autre côté du lac...

19:46 Écrit par Isa & Ben dans Allées & venues | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

03/10/2008

Orage à Morella!

Encore une journée pluvieuse... idéale pour nous replonger dans les souvenirs! Quoique... en espagne aussi, il pleut parfois! Nous en avons fait l'expérience à Morella, charmant village fortifié sur les hauteurs de Castille.

Pourtant... en arrivant, nous avons grimpé et grimpé encore sous un soleil de plomb!

Entrée de Morella

Eh oui... dès l'entrée, nous avons constasté que Morella est un village... euh... pentu!

Vers la boulangerie

Regardez bien cette ruelle qui monte vers une boulangerie qui cuit son pain au feu de bois... Nous la reverrons plus tard!

Ca grimpe

Nous avons emprunté un autre chemin,  guère plus plat!

Près de la cathédrale

Délaissant la cathédrale, nous sommes encore monté plus haut...

Cloître

Nous avons fait une petite pause dans le cloître des ruines du couvent des franciscains...

Castell Morella

Et nous sommes partis à l'assaut de la forteresse médiévale!

Toujours plus haut

Nous sommes bientôt arrivés... encores quelques efforts!

Pour monter si haut il faut une bonne motivation

Pour monter tout là-haut, il faut une sacré dose de motivation... La vue sera certainement très belle, non?

Les arènes de Morella

D'ici nous découvrons les arènes lovées à flanc de coteau, tandis qu'au loin s'étendent les terrasses des cultures séculaires abandonnées au 20e siècle... Imaginez le travail de tous ces paysans pour façonner ainsi le relief! Toute la région est ainsi sculptée par ces terrasse successives séparées de murettes en pierres sèches... Mais remarquez aussi comme le ciel a changé au fil de notre grimpette!

Le vent s'est levé

Le vent s'est levé, nous voici au coeur d'un orage qui va balayer la Castille et la Catalogne. Les pluies torrentielles ne vont pas tarder! Nous n'auront pas le temps de redescendre en des lieux plus civilisés... Nous seront donc mouillés... presque trempés! Nous retraverserons le chateau en nous abritant de salles en salles, le village, de boutique en boutique!!!

Il pleut un peu

Croisant à nouveau, à peine 2h plus tard, la ruelle de notre boulanger... Regardez l'eau dévaler! Regagnant notre voiture, nous avons fait fonctionner les essuies-glaces jusqu'à notre retour à la Finca, cherchant notre route entre les trombes, grignottant toutes les excellentes pâtisseries que nous avions achetées en passant par les boutiques. Arrivant enfin à la ferme, à peine secs, une dernière surprise nous attendait, la pluie avait transformé le champ de citrouilles qui nous séparait de notre jolie cabane en marécage! Nous mettre à l'abri fut très sport ce soir là!!!

 

15:04 Écrit par Isa & Ben dans Allées & venues | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

02/10/2008

Promenade à San Mateu

Tandis qu'il pleut à verse et que Chossette se réveille doucement de son anesthésie... (elle a une inflamation des coussinets), il fait bon se remémorer une belle journée espagnole...

Quittant pour la journée notre fameuse ferme, nous nous sommes rendus à Morella, mais sur la route de la cité médiévale, nous avons fait une pause pique-nique à San Mateu, petite localité de Castille. Alors, nous en avons profité pour nous ballader au fil des ruelles ensoleillées.

Un joli lavoir

Notre visite du village débute en face de ce joli lavoir...

Une lavandière

Et... Ô surprise, il y a encore une lavandière à san Mateu!!! C'est vrai que ce lavoir est si beau qu'on a envie de l'utiliser...

Place principale

Nous sommes à deux pas de la place principale, bordée d'arcades et de petits restaurants aux terrasses sympathiques.

La statue du coin

Il y a des statues dans tous les coins... alors comme il en manquait une ici, nous nous sommes appliqués à la remplacer;)

De belles arcades

La plupart des bâtiments et des édifices religieux sont en pierre et possèdent une entrée momumentale avec des arcades et de grandes portes séculaires...

Exploration de cours intérieures

Et derrière ces portes se cachent des cours pavées, ombragées et tranquilles!

Façades colorées

Ici on conçoit la vie en couleur... les maisons aussi!

Il fait chaud

Le soleil est particulièrement présent... Lorraine qui n'avait pas de couvre-chef s'en est confectionné un en feuilles de platane!

Un autre lavoir

Mais finalement, pour se rafraîchir avant de reprendre la route... il n'y a rien de mieux qu'un autre lavoir, ombragé et si plein d'eau fraîche!

16:56 Écrit par Isa & Ben dans Allées & venues | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |