24/09/2008

Encore un bac de passé...

Ces derniers jours ont été encore très actifs... bon ok, pas trop sur notre p'tit blog!

Mais dans les faits, en plus de nos activités habituelles, nous avions décidé de terminer la rangée de bacs bordant le fond de notre jardin... Il restait un bac que nous avions prévu en briques rouges anciennes. Alors, si par la magie d'internet, j'avais pû en acheter dans le nord de la France, sur eBay, depuis Szombathely en Hongrie où j'étais à ce moment, je n'avais pas trouvé le temps d'aller les chercher! Grâce à la remorque de notre ami Endre, ainsi d'ailleurs qu'à sa Jeep qu'il nous avait aussi prêtée, j'ai été récupérer ma volumineuse et pesante acquisition à Fresnois-les-Roye, dans la Somme...

Rouler, charger, rouler, décharger... une journée bien... chargée, c'est le mot;) J'ai donc eu le bonheur de trimballer 600 briques dont je suis devenu le riche propriétaire...

Puis, dans la joie, la bonne humeur et l'humidité, je les ai re-nettoyées au karcher. Fort heureusement, le vendeur les avaient déjà bien dégrossies en brossant tout l'ancien mortier. (Vu tout ce qu'il a vendu, il en a gratouillé un paquet des briques... il devait cacher une armée de travailleurs clandestins dans sa cave).

Et donc 600 briques, karcherisées sur toutes les faces, plus tard... je me suis mis à l'ouvrage. Pour l'occasion j'ai décidé de m'essayer au mortier bâtard, comportant un peu de ciment et beaucoup de chaux (j'ai triché j'ai acheté du mélange tout fait). j'ai choisi un sable de meuse donc très calcaire, pour que ce mortier puisse bouger, auto-réparer ses micro-fissures, au fil du temps (il y a un gros arbre pas loin). Le mélange devrait avoir une grande souplesse... Moi moins, donc je me suis torturé le dos à le tartiner entre les briques! J'ai même poussé le vice à faire un encadrement pour notre composteur. Par contre, je dois reconnaître que ce mortier, très... onctueux (!) fut très agréable à travailler, beaucoup moins abrasif et agressif pour la peau que ces satanés bétons au sable silicieux.

Enfin, quelques jours plus tard, quelques arrosoirs aussi (pour laver l'intérieur), j'ai rempli notre beau nouveau bac! Au fond... Bien qu'en fait, il n'aie pas de fond... J'avais, plusieurs années auparavant, coulé des fondations en laissant le fond libre pour l'enracinement des plantes et le draînage. Au fond de ce bac sans fond donc, j'ai disposé une bonne couche de caillous silicieux pour draîner encore... Puis sont venus (pas tout seuls... hein!) des dizaines et des dizaines de seaux de terreau en provenance de notre précédent compost (une quinzaine d'années de maturation!). Pour terminer, j'ai monté notre futur composteur en bois subventionné par la Communauté de Communes (En voilà un qui durera pas, à mon avis... un composteur recyclable! Si j'osais, je dirait presque compostable, vu l'épaisseur du bois employé et la solidité des techniques d'assemblage).

Bon... Maintenant, il n'y a plus qu'à planter! Qu'allons-nous faire pousser là? Surprise... Gardons encore un peu le suspens;)))

Le bac en briques est fini

Au passage, remarquez comme les feuilles de notre marronier nous avertissent de l'arrivée imminente de l'automne!

L'automne arrive

00:21 Écrit par Isa & Ben dans Bricoleries | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.